Tunis Tribune
I’m a gamer, always have been.

- Publicité -

La demande chinoise menace de réduire de moitié du cheptel d’ânes mondial

Crédit photo: Pixabay

Londres – La moitié de la cheptel mondiale d’ânes pourrait disparaître d’ici cinq ans, alors que des millions de personnes sont massacrées pour leur peau afin de répondre à la demande croissante de médicaments traditionnels chinois.

On estime que 4,8 millions de peaux d’ânes par an sont nécessaires pour satisfaire la demande d’un médicament traditionnel à base de gélatine appelé « ejiao », selon un nouveau rapport du sanctuaire des ânes. Au rapport actuel, la population d’ânes dans le monde, qui s’élève à 44 millions de têtes, devrait être divisée par deux, précise le rapport.

Le cheptel d’ânes du Brésil a diminué de 28% depuis 2007, de 37% au Botswana et de 53% au Kirghizistan. On craint que les populations au Kenya et au Ghana ne soient également décimées par le commerce de la peau.

Le rapport révèle comment des ânes – dont de nombreux volés dans des communautés qui dépendent des animaux pour leur subsistance – sont transportés sur de longs trajets sans accès à la nourriture ou à l’eau, avec jusqu’à 20% de morts sur la route.

Il est précisé dans ce rapport que les jambes cassées étaient monnaie courante, avec des sabots coupés et des cuisses tranchées au sol sur les sites de déchargement, et que les ânes sont souvent traînés par les oreilles et la queue. Le cheptel d’ânes de la Chine s’est effondrée de 76% depuis 1992. Et depuis 2007, elles ont diminué de 28% au Brésil, de 37% au Botswana et de 53% au Kirghizistan.

- Publicité -

Avec un peu moins de cinq millions de peaux nécessaires chaque année pour la production d’ejiao, l’industrie aurait besoin de plus de la moitié des ânes actuels dans le monde au cours des cinq prochaines années pour répondre à la demande.

La demande d’ânes est également à l’origine d’une crise du bien-être des animaux, qui risque de devenir une maladie humaine, car le manque d’hygiène dans les abattoirs a entraîné une recrudescence d’agents pathogènes dangereux, notamment le charbon, ainsi que des maladies équines telles que les étranglements et la grippe équine.

Le rapport indique que de nombreux manutentionnaires du commerce de la peau ont peu ou pas de formation en manipulation d’animaux, recourant souvent à des méthodes cruelles et illégales dans le processus contrôle des ânes, telles que donner des coups de pied, traîner et utiliser des bâtons à pointes appelés « aiguillons ».

Les conditions sont épouvantables dans beaucoup d’abattoirs d’ânes. Un abattoir au Kenya a été fermé après que des témoins eurent enregistré des images d’ânes morts ou mourants, certains avec des plaies ouvertes et infestées de mouches. Des foetus ont également été observés, ainsi que des carcasses dépouillées et abandonnées à côté d’ânes vivants en attente d’être abattus.

À Bahia, dans le nord-est du Brésil, 800 ânes ont été retrouvés morts de faim dans des enclos à côté de centaines de carcasses en décomposition qui avaient pollué leur seule source d’eau.

L’organisme de bienfaisance a également découvert des liens entre le commerce de la peau d’âne et d’autres crimes graves liés à la faune, certains commerçants proposant des peaux d’âne en vente sur des plateformes en ligne vendant également des produits illicites issus de la faune sauvage, notamment l’ivoire, les écailles de pangolin et la corne de rhinocéros. Dans un cas, des peaux de tigre ont été retrouvées cachées sous des peaux d’ânes.

Mike Baker, directeur général de « The Donkey Sanctuary », a déclaré : «La souffrance est énorme et inacceptable. Cette souffrance ne se limite pas aux ânes, elle menace également les moyens de subsistance de millions de personnes. «Le commerce de la peau est la plus grande menace que nous n’ayons jamais vue pour le bien-être des ânes. Des mesures urgentes doivent être prises, » conclus le rapport.

Traduit de l’anglais par la rédaction

S'inscrire à la newsletter
Chaque semaine recevez l'essentiel de l'actualité
Garantie pas de spams

- Publicité -

Commentaires