Tunis Tribune
I’m a gamer, always have been.

- Publicité -

« The Irishman » : le pari à 160 millions de dollars de Netflix (Vidéo)

Hollywood – (Avec Reuters) – Les histoires sur la foule sont devenues des offres qu’Hollywood ne semble pas pouvoir refuser. « The Irishman », le nouveau film de Martin Scorsese arrivant mercredi sur Netflix à propos de la famille du crime Bufalino et du célèbre dirigeant syndical Jimmy Hoffa, marque la dernière entrée du genre qui fascine le public et les cinéastes depuis des décennies.

Les observateurs de la culture pop disent que ce n’est guère surprenant compte tenu de la combinaison crime, famille, violence et du rêve américain que les histoires d’Hollywood sur la mafia offrent. « C’est un genre qui se situe à mi-chemin entre une fascination pour le crime et un ensemble de dynamiques familiales apparentables », a déclaré David Schmid, rédacteur en chef de « Violence in American Popular Culture » et professeur agrégé d’anglais à l’Université de Buffalo.

« The Irishman », avec Robert De Niro, Al Pacino et Joe Pesci, suite des offrandes allant de « Little Caesar » en 1931 au « The Godfather» et « The Sopranos », qui ont récolté des récompenses tant au box-office que lors des Oscars. Après de bonnes critiques, le retour de Martin Scorsese dans le genre de territoire italo-américain qu’il a exploré dans « Goodfellas » et dans « Casino » devrait être un concurrent majeur aux Oscars de l’année prochaine.

- Publicité -

« À bien des égards, la mafia a succédé à l’Occident en tant que grande épopée américaine », a déclaré Robert Thompson, professeur de culture populaire à l’Université de Syracuse. «Il s’agit de l’installation de la frontière urbaine par opposition à la frontière géographique, et c’est aussi une belle histoire d’immigration », a-t-il déclaré.

Les grandes familles italo-américaines, souvent rassemblées autour de tables à manger garnies de pâtes, donnent au public de fortes convictions, même s’ils sont du mauvais côté de la loi. Les films sur la mafia détournent également l’histoire classique des immigrants américains, à savoir arriver dans un nouveau pays, devoir se débrouiller tout seul et travailler dur pour atteindre ses objectifs, ajoute Thompson.

« The Irishman » : le pari à 160 millions de dollars de Netflix

Lorsque la série télévisée « Les sopranos » de la HBO a introduit la notion de chef de gang en conflit émotionnel, elle a approfondi le territoire moralement ambigu que les gangsters habitent à l’écran, mais qui les rend si attrayants. « La raison pour laquelle ces mafieux névrosés résonnent chez nous, c’est que nous pouvons tous comprendre que nous occupons un travail que nous ne voulons pas faire », a déclaré Schmid.

Pourtant, si la violence est un élément clé du paquet, il y a souvent moins de violence sanglante que d’autres films d’action. « Si vous deviez faire un film très explicitement violent sur la mafia, le public ne serait pas aussi populaire », a déclaré Schmid. « Le public préférerait être emporté par le roman du récit immigrant par excellence, où une personne passe de rien à devenir un parrain. »

Reportage de Jill Serjeant; Traduit par la rédaction

S'inscrire à la newsletter
Chaque semaine recevez l'essentiel de l'actualité
Garantie pas de spams

- Publicité -

Commentaires